26 Juin

Test Montre*1 : POLAR V800 : bien plus qu’une montre !!

Photo 20-05-2016 17 44 04Aujourd’hui, coup d’oeil sur la POLAR V800, une montre GPS très pointue que j’ai choisi parmi toutes les marques pour m’accompagner sur mes futurs triathlons.

 

Pourquoi celle-ci me direz-vous ?

 

Et bien pour plusieurs raisons, tout d’abord parce que cette marque – POLAR -, bien que pas très connaisseurs en la matière, m’inspirai confiance. En effet, il s’agit d’une marque bien installée avec de grands sportifs comme ambassadeurs et elle est présente sur tous les salons sportifs. Intrigué par leur gamme, je me suis intéressé aux different modèles, et c’est la V800 qui est sortie du lot car résolument tournée vers le triathlon et les sportifs assidus et athlètes désireux d’atteindre leur performances maximales : et ça c’est tout moi 😉

En plus je ne sait pas vous mais je la trouve plutôt réussie – surtout cette édition spéciale Javier Gomez Noya – ce qui (en plus des fonctionnalités diverses et variés) pèse son poids dans la décision finale.

Bref, tout ça pour dire que je l’ai acheté en septembre dernier, avant même de devenir Ambassadeur de la marque en mars, ce qui m’a permis de faire le triathlon de Cannes (voir mon article ici) avec cette V800 au poignet 😉

1/ La configuration

Avant de parler de ses fonctionnalités, j’attire votre attention sur la fait que cette montre est très rapidement configurée, vous rentrez àge, poids, sexe, et quelques infos et hop vous pouvez déjà courir avec et la prise en main est très rapide ! La synchronisation avec le téléphone et l’ordinateur est très intuitive et ne posera donc pas de problèmes particuliers.

Dans un second temps, le logiciel POLAR FLOWSYNC vous proposera de vous créer un compte sur le POLAR FLOW (explication plus bas), faites le tout de suite car c’est de la que vous gérerez la majeur partie des fonctionnalités de la montre.

2/ Le POLAR FLOW (un véritable réseau social)

Je voulais vous en parler car il s’agit du site sur lequel sont centralisées toutes vos activités (un petit aperçu du mien pour exemple) et sur lequel toutes les personnes qui vous suivent peuvent liker ou commenter chacune de ces activités. Vous pourrez également comparer vos sorties de manière à voir votre évolution, si vous progressez ou non, si vous allez plus vite, si votre coeur monte moins vite pour le même effort, etc …

Capture d’écran 2016-05-20 à 18.18.30

(cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Si vous donnez votre identifiants à vos amis, alors vous pouvez voir ou ils en sont, voir leurs sorties, leurs moyennes, et vous challenger les uns les autres et vous aurez également la possibilité de commenter leurs sorties 😉

3/ L’application POLAR

Elle vous permet de retrouver aussi vos entrainements sur votre smartphone, ainsi que de connecter votre montre en bluetooth afin de synchroniser sans forcement passer par l’ordinateur.

Véritable réseau social, vous avez accés à un flux d’actualité ou vous retrouverez (à la manière de Facebook ou autre, les derniers posts de votre amis : activité quotidienne, sorties vélos, courses, etc …).

Photo 26-06-2016 13 27 15

Vous aurez aussi accés au détail de vos activités pour chaque jour, chaque semaine ou encore chaque mois. De quoi savoir exactement ou vous en êtes à chaque instant !

Photo 26-06-2016 13 27 18Photo 26-06-2016 13 28 16

3/ Les Fonctionnalités !

Je ne vais pas tout vous détailler ici, le site de Polar est très bien fait pour cela : cliquez ici pour accéder à la page des fonctionnalités.

Cependant, je vais vous parler de celles que j’aime le plus 😉

     – Le statut de récupération : véritable indicateur de ma forme, avant une sortie je regarde ou j’en suis niveau recup pour connaitre mon degré de forme, et ne pas être déçu si mes résultats ne sont pas à la hauteur de ce que j’espérais. de la même manière je planifie mes prochaines séances en fonction du temps de récupération que m’indique la montre à la fin de chaque sortie. Ce qui me permet d’eviter les blessures ou les gros coups de fatigue souvent dues à un sur-entrainement. Je m’y fie vraiment, et cela me permet de mieux gérer mes périodes d’entrainements intensifs.

   – Le GPS évidemment : extrêmement efficace et précis, le GPS de la V800 me permet de suivre au mètre prêt mon parcours. La ou des application comme Strava ou autre me rajoutent des km, la V800 est toujours la plus précise.

   – Les différents « profils sport » réglables dans le PolarFlow : via votre interface utilisateur, vous pouvez aisément sélectionner les profils sports qui vous correspondent (course à pied, natation, triathlon, multisports, course sur tapis, kayak, …) et pour chacun d’entre eux choisir les informations que vous souhaitez voir apparaitre sur le cadran de votre montre pendant l’activité. Par exemple la vitesse moyenne, la durée, le rythme cardiaque, … Vous pouvez ajouter jusqu’à 4 informations par page et le nombre de page est assez important pour y mettre toutes les infos répertoriées si vous le souhaitez.

Par exemple, moi j’aime avoir ma vitesse actuelle sur la première page ainsi que mon rythme cardiaque, la durée et le temps. Mais le rythme moyen m’intéresse mais de manière secondaire, je l’ai donc mis en deuxième page 😉

   – La natation : étanche jusque 30m, la V800 peux vous suivre partout, même le capteur trouve votre pouls sous l’eau. Vous pouvez alors suivre l’évolution de votre petit coeur même en brasse coulée ;-), ce qui aide beaucoup sur les triathlons par exemple.

Photo 20-05-2016 17 44 04

    – Autre chose que j’aime, mais qui est plutôt inutile : le nom sous l’horloge comme sur la photo, au moins je sait que c’est la mienne !! lool

     – Un GROS GROS avantage de cette montre est qu’elle se met à jour en même temps que toutes les autres, votre logiciel ne sera jamais périmé !! Quand vous achetez une V800 : c’est pour la VIE !!

    – Evidemment, ces fonctionnalités ne s’arrêtent pas la (alarme, tests physiques, traqueur d’activité, excellente autonomie de la batterie, …), mais je vais plutôt vous montrer quelques photos maintenant en vous expliquant de quoi il s’agit à chaque fois !

Le statut vous indique votre niveau de recul : il le découpe en 4 « état » : Sous-Entrainement – Equilibré – Fatigué et enfin Très Fatigué, comme je le disait je suis très attentif à cette info, car en plus elle vous indique quel jour et à quelle heure vous redescendrez dans la catégorie du dessous (exemple, vous faites un sortir qui vous propulse en « fatigué » le dimanche, et bien elle vous dira que mardi à 13h vous serez repassé en « équilibré » sous réserve d’autres efforts entre temps évidemment).

Photo 26-06-2016 12 31 28

L’activité de la journée vous indique ou vous en êtes par rapport à l’objectif de dépense énergétique journalière que vous vous êtes fixé lors de la première synchronisation de votre V800 dans le PolarFlow. Elle comptera les calories dépensées grâce à votre métabolisme de base et celle dépensées par rapport à votre activité journalière. Elle vous indiquera même quoi faire pour atteindre vos objectifs : temps de marche, temps de station debout ou encore temps de course. Apres ça vous n’aurez aucune excuse pour ne pas faire suffisamment d’exercice 😉

Photo 26-06-2016 12 43 02Photo 26-06-2016 12 52 42Photo 26-06-2016 12 52 45Photo 26-06-2016 12 52 48

Le journal regroupe toutes les sorties que vous avez pu faire, tous vos entrainements depuis 1 mois il me semble (pour retrouver les plus anciens, rendez-vous sur le POLAR FLOW)

 Photo 26-06-2016 13 01 27

Tests regroupe 3 tests physiques qui sont très bien détaillé sur le site de POLAR, c’est pourquoi je vous laisserai aller y jeter un oeil via les liens suivants :

     – Test Orthostatique

     – Test de Fitness

     – Test de Sauts

     – Enregistrement RR (analyse approfondie de votre rythme cardiaque)

Photo 26-06-2016 13 01 43

Bon évidemment, elle intègre aussi un Chronomètre, mais je ne vais rien vous apprendre sur son utilisation 😉

Photo 26-06-2016 13 01 59

Favoris, il s’agit la d’une option hyper interessante à mon sens ! EN effet, vous trouvez un parcours sympas sur le net, ou bien vous avez fait une sortie et vous aimeriez refaire la même, grâce à la V800 et ses Favoris, vous pouvez !! Il vous suffit de placer le parcours dans vos favoris via le POLAR FLOW, vous synchronisez votre montre et hop il apparait la et ensuite il n’y à plus qu’à suivre la petit flèche et les pointillés pour savoir ou aller ! Super non ??

             Photo 26-06-2016 13 02 04                     Photo 26-06-2016 13 02 12

Et enfin, vous avez les réglages pour régler tout un tas de petites choses liées à l’affichage de heure, vos données physiques, réglages généraux, etc …

Et maintenant :  le PRIX ! Que vaux ce petit bijou ? Ou le trouver ? Tout simplement sur le site de POLAR au prix de 449,90 euros en suivant CE LIEN. Ne perdez pas de temps, vous ne voudrez plus la quitter, croyez moi 😉

ET voila, je pense avoir fait le tour (enfin en gros) de cette montre qui va me suivre sur tous mes prochains objectifs : Triathlons, Marathons, Trails, Courses, Defis Sportifs en tout genre, …

Si vous avez des questions plus pointues, n’hésitez pas à les poser en commentaires, je me ferai un plaisir d’y répondre le plus rapidement possible !!

A très bientot.

Sportivement,

Seb

08 Mai

Un Week-End à Cannes – Ou mon premier Triathlon pour le Cannes International Triathlon !!

cannesVoici CANNES, une ville magnifique dont j’avais beaucoup entendu parler, à travers des reportages et quelques photos et où,  à 29 ans, je n’avais encore jamais mis les pieds !!

Je ne savais pas qu’un triathlon se déroulait sur la croisette dans cette ville courant avril depuis plusieurs années, avec pour partenaire principal : Polar (la marque de montre sportive GPS pour celles et ceux qui ne connaissent pas).

Equipé en Polar depuis longtemps, je réponds très rapidement en janvier 2016 à un questionnaire sur la page Facebook de Polar France.

Puis, courant février,  je reçois un matin un appel (en pleine séance de coaching) auquel je ne peux répondre. Le message vocal provenait de Cyril de chez Polar, qui m’annonçait que – si j’étais toujours partant – j’étais sélectionné avec 5 autres personnes parmi plus de 250 candidatures pour être ambassadeur Polar 2016 !!

Mais que veut dire  « être ambassadeur » ? C’est tout simplement participer au triathlon de Cannes en avril 2016 puis relayer mon expérience sur les réseaux sociaux concernant des produits de la marque, avec en contrepartie, l’acquisition d’une nouvelle montre (la V800, sur laquelle je vous ferai un petit topo rapidement), et des vêtements de la marque. Et  surtout, cerise sur le gâteau, un week-end tous frais payés  pour  ce triathlon !!!Photo 29-04-2016 16 54 47

Devant une telle proposition, je n’hésite pas une seconde !! Je pars un vendredi 15 avril avec mon vélo et ma valise sous le bras en direction de la gare de Lyon pour attraper mon TGV (vous imaginez que  le vélo dans le métro et le TGV ce n’est pas super pratique, mais quand la motivation est là…).

5h20 de train plus tard, j’arrive en gare de Cannes. Après 300 mètres de marche, je me retrouve face à  un superbe hôtel ( Polar nous à gâtés !!). Une chambre individuelle, dotée d’un lit « King Size » dans l’hôtel « le Gray d’Albion » (à deux pas de la croisette et de la rue d’Antibes, très connues pour ces nombreux commerces ) m’est réservée. Je suis ravi ! Surtout lorsque je découvre des tas de cadeaux sur mon lit !!

Photo 15-04-2016 21 09 46

  • Dossards course (tatouages, vélo, casque et dossard classique), avec bonnet et sac de transition
  • Polo Zero793ea701476d5db2a4fd8cf1e0bf5880_XL
  • Veste ZeroD
  • Visière ZeroD
  • Combinaison « tri-fonction » à porter durant toute la compétition sous la combinaison Néoprène dans l’eau, puis sur le vélo et enfin durant la course. Et Toujours de la marque ZeroD bien sur !

 

Je commence évidemment  par tout essayer. La tri-fonction me semble un peu serrée, j’en informe donc Cyril  :

Moi : « Salut Cyril, top la chambre et les cadeaux, par contre la tri-fonction me parait un poil petite, on en reparle demain, bonne soirée, Seb »

Cyril : « Hello Seb, Ravi que tout aille bien, si tu dors avec la tri-fonction, elle sera à ta taille demain matin, bonne nuit 😉 »

Moi : (après quelques minutes de réflexion quand même) :  » Sérieux ? Ou c’est une blague ? Mdrr » – pas très sûr de moi –

Cyril : « Une blague évidemment » !!

Oouffff, j’ai eu peur, mais je crois que j’aurais été capable de le faire loool !!!

Ce week-end exceptionnel commence très bien. J’ai hâte d’être au lendemain pour rencontrer mes homologues ambassadeurs, connaître leur passé sportif et  l’histoire de chacun d’entre eux.

Photo 15-04-2016 23 04 14A l’issue de cette journée bien remplie : coaching le matin, voyage et  petit tour sur la croisette jusqu’au parc à vélo déjà installé, (la pression commence à monter!!!), je rejoins ma superbe chambre, épuisé, où je me fais livrer un savoureux repas digne d’un grand hôtel  (caché sous cette cloche ;-).

Malgré ma fatigue, difficile de trouver le sommeil. Je me sens très impatient de découvrir ce qui m’attend le lendemain et je sens la pression monter en songeant au planning de la journée suivante.

Le lendemain samedi matin, je me lève à 8h car le rendez-vous est fixé à 9h dans le hall de l’hôtel en tenue de combat. Il est prévu  d’aller nager avec David Hauss, champion d’Europe de Triathlon sélectionné pour Rio 2016 quand même !! Alors autant dire que cela augmente encore la pression. Je me dis que n’étant pas un nageur confirmé,  je vais  vite me retrouver à la queue dans l’eau. Heureusement, cet entrainement s’est limité à  parcourir 500 mètres tranquillement entre deux bouées. Mais j’ai quand même réussi à boire une énorme tasse, le ventre vide, qui  m’a valu un bon mal de ventre toute la journée !!

A l’issue de cet entraînement, nous avons droit à de belles photos lors de notre sortie de l’eau par un photographe de Trimax Magazine. Je suis le seul à avoir oublié mon bonnet car lorsqu’on nage en mer, on n’emmène pas son bonnet, n’est ce pas ? Des photos de groupe sont réalisées en compagnie de David qui est très sympa et qui nous donne d’excellents conseils pour le lendemain !

polar tri cannes 2016 @TrimaxMagazine (402)A43J2960

A peine sorti de l’eau, un bon petit déjeuner. Mais ma tasse du matin me restant un peu sur l’estomac, je ne peux pas avaler grand chose. Nous assistons ensuite à une petite conférence de presse et les nouvelles montres nous sont remises : la V800 « Javier Gomez Noya » Edition Spéciale, nouvelles couleurs, et nouvelles fonctionnalités.  Pour conclure cette matinée, nous enchaînons avec un footing sur la croisette d’une distance de huit kilomètres à partir de l’hôtel jusqu’au parc à vélos où les bénévoles sont à pied d’œuvre pour finir de tout préparer pour le lendemain. Ce footing reste  très compliqué pour moi suite à mon mal de ventre persistant. Je suis en compagnie d’autres Ambassadeurs et de Cyril de Polar.

a1

De retour à l’hôtel et après une bonne douche, nous prenons notre repas tous ensemble. Ce fut un très bon moment durant lequel  je me suis retrouvé assis à côté d’un homme très sympathique,  le directeur général France de Polar. Je remarquais à quel point les membres de cette société étaient agréables et accessibles et je me félicitais de la représenter durant une année entière.

Après-midi repos, tentative de sieste encore ratée, la pression toujours présente… Ensuite,  préparation des vélos et des sacs de transitions car nous devons  tous les déposer à 17 heures. Encore et toujours sous pression !!! Je cherche ce que je dois mettre dans mes sacs, j’ai peur d’oublier quelque chose. J’angoisse !!!  je frappe à la porte de mon voisin Franck (ambassadeur également mais aussi triathlète aguerri qui gère sa propre page : OutDoorHeroes sur Facebook). Je lui demande de me donner un coup de main parce que je suis perdu !!
« Gonfle tes pneus.  » ;  « As-tu un porte dossard ? » ;  « Pense à tes lunettes. »
Mais je n’ai pas de porte dossard alors je cours frapper chez Fabien (un autre ambassadeur et triathlète depuis quelques années, qui a également une page Facebook : blacketing.fr) : « help me, dis moi que tu as ça !! Ne t’inquiète pas  Seb,  j’Photo 16-04-2016 18 08 50en ai un en deuxième », Ouf !!! heureusement qu’ils sont là tous les deux sinon j’étais fichu.

Après ce moment de panique et enfin prêt, je vais déposer tout mon matériel. Puis le  stress m’envahit  à nouveau en pensant au lendemain, le jour J, mon « premier triathlon ». J’ai le sentiment de revivre la veille de mon premier marathon de Paris en 2013. J’adore ressentir à nouveau ces sensations, cela faisait longtemps !!!

En soirée, nous prenons le repas du sportif : salade de quinoa en entrée, puis pâtes sauce tomates et petit gâteau à la pomme (si je me souviens bien) en dessert et uniquement de l’eau à table bien sûr !

La nuit de samedi à dimanche est encore très difficile.  Réveillé à 3h30 et dans l’impossibilité  de me rendormir, je regarde  une série à la télé car je ne retrouve pas le sommeil. Celui-ci me rattrape enfin  vers 4h30 pour une petite heure, le réveil étant prévu à 5h30 pour descendre petit-déjeuner et rassembler les affaires. Check-out à 7h, pour la ligne de départ.

Derniers moments de préparation mentale.  8h00, les participants du « Longue Distance » partent. Je réalise que dans 45 minutes,  je serai dans l’eau ! J’enfile ma combinaison, j’applique un peu de vaseline sur mon cou afin d’éviter les frottements de la combinaison et me familiarise avec cette eau à 16-17°C.  La combinaison assure une très bonne protection contre le froid, mais les mains et le visage restent en contact direct avec l’eau très froide qui saisit.  Quelques mouvements de crawl pour échauffer les articulations, faire monter le rythme cardiaque et  préparer le corps à ce long effort qu’il va subir  8-O.

Et enfin, vers 8h35, je me place sur la ligne de départ, 10 minutes plus tard,  le départ est lancé, et là c’est  parti, je ne peux plus reculer !! 

aaaaa

Sur la plage tout va bien : ça marche plutôt calmement  jusqu’à l’arrivée dans l’eau.  Mais ensuite, difficile à expliquer. Non ! en fait c’est très simple : c’est la GUERRE !!!!!!

On se prend des coups, on nous nage dessus. je n’en crois pas mes yeux, un homme est en train de passer sur moi en nageant comme si je n’étais pas là. On donne des coups, j’entends les nageurs crier, se disputer. On a du mal à respirer. Rien à voir avec nos habituelles petites longueurs à la piscine entre midi et 14h.

Après  400m, je sors la tête pour reprendre mon inspiration et reçoit un coup qui me replonge dans l’eau et me fait à nouveau avaler une énorme tasse. « Respirer » une tasse d’eau de mer  est un moment vraiment désagréable. Je repense à la « tasse » d’hier et à ses conséquences : ce mal de ventre persistant. Cela m’angoisse.  je sens le stress m’envahir pleinement…

Tout proche de la bouée à contourner, je me dis que pour gagner du temps, je vais me rapprocher au maximum de celle-ci. Mais le courant provoqué par des 900 nageurs qui convergent tous vers le même endroit nous empêche purement et simplement cette manœuvre. J’aperçois les concurrents « faire le chien » vers la droite pour lutter et repartir dans le bon sens. Ce spectacle est plutôt amusant.

Le retour se passe plutôt bien. Même si je ne me retrouve jamais seul, petit à petit, la place se libère. Je sors de l’eau au bout de  21 minutes. Je suis content car c’est un bon temps pour un nageur de mon niveau.

Photo 16-04-2016 18 07 56

Debut de la transition, je me souviens dess conseils des pros. « Retire aussitôt le haut de ta combinaison en sortant de l’eau ». Je passe sous les douches d’eau douce et fonce vers mon sac « bike » accroché près de ceux des autres. Et là,  stupeur…
Mon sac a disparu !!!!!

Que vais-je faire ???

Je n’ai pas mes accessoires. Je commence à paniquer. Je regarde de tous les côtés. Après 20 secondes durant lesquelles le stress me pousse au maximum de ma transpiration, j’aperçois un homme qui revient des tentes de changement avec un sac en main. Je prie pour que ce sac soit le mien. OUI, c’est lui. L’homme s’était trompé, s’excuse, et avant même qu’il ait terminé de parler, je le remercie et pars en courant pour me changer. Je termine d’enlever ma combinaison, j’essuie mes pieds, je mets mes lunettes, mon casque, mes chaussures automatiques, et me voilà parti en courant vers mon vélo.  Je prends directement  la bonne allée au milieu des 1 800 vélos,  soulagé de ne pas me perdre dans ce labyrinthe. Je repère aussitôt mon vélo, le décroche et me mets à courir de toutes mes forces car le règlement interdit d’enfourcher avant la sortie du parc pour des raisons de sécurité.

Je démarre !! Je clique sur la Polar V800 pour envoyer le chrono du Vélo et je me dis rendez-vous dans 52 kms avec 600m de dénivelé.

Mon ventre commence à me faire un peu mal, mais ça va pour l’instant. Les premiers 18 kms sont plats et avalés en 31 minutes pour une moyenne de 34, 63 km/h. Puis, ça commence à monter : 300m de dénivelé sur 14kms.  Je me retrouve avec une moyenne de 23,21 km/h. Compte tenu de la rudesse de la côte, je me félicite de cette moyenne que je n’avais jamais atteinte lors des entraînements.  Puis, j’avale en 9 minutes la descente sur 7 kms, soit une belle moyenne de 43 km/h avec une pointe à 63 km/h.

J’adore cette sensation de vitesse, je me sens être  le roi du monde !!!!!

Jusqu’à présent tout va bien.  Il me reste 15 kms, pratiquement en descente ( 100m de positif et 230m de négatif). Je dois donc terminer assez rapidement, sauf qu’une sympathique petite pluie vient gâcher mon plaisir. Lors de ma première descente, j’aperçois des bénévoles placés au milieu de la route. Je dois ralentir car un cycliste a chuté. L’homme au sol reçoit les premiers soins. Il est recouvert de sang.

La pluie a rendu la chaussée très glissante. Je me conditionne : « tu ne tomberas pas, tu ne tomberas pas, tu ne tomberas pas, … » Je ralentis et ma moyenne chute  à 27km/h en descente. Un faible résultat mais le principal est de terminer sur mes deux roues. J’apprendrai par la suite de beaucoup ont chuté – dont une personne de l’équipe Polar, transportée aux urgences pour des blessures sans gravité heureusement. J’imagine la frustration d’être contraint d’abandonner la course, le coup au moral. Tous mes encouragements à la courageuse Nadia qui a pu reprendre la course deux semaines après sa chute.

Enfin, je pose mon vélo, lance la transition sur ma montre, cours récupérer mon sac (sera-t-il présent cette fois ? Oui, il est là !!!). J’enfile mes baskets. Je sens mon ventre qui gargouille, qui me fait mal déjà depuis quelques dizaines de minutes mais je me dis que cela va passer.  Je démarre ma course, lance le chrono.  Mes jambes sont légères (contrairement à ce que j’imaginais après 50 kms de vélo), mon cardio est à 140 bpm en sortie de transition. Je  débute sur les chapeaux de roues à 13km/h, mon objectif de vitesse pour les 8 kms restants jusqu’ à la fin de la course.

orig-CITA1119

Un kilomètre plus loin, je ressens une horrible sensation.  Mon ventre est à l’envers et je ne tiens plus. Je suis contraint de ralentir, de marcher. Je souffre durant deux kilomètres, mon ventre me fait mal lorsque je tente de reprendre la course.  Je décide d’alterner marche/course et ma moyenne en prend un coup, 8,5 km/h de moyenne sur deux kilomètres … A l’approche du troisième kilomètre, je comprends qu’il m’est impossible de poursuivre ainsi. je dois trouver une solution pour me remettre à courir correctement. Mon cardio est très large (120) et je sens que musculairement, mes jambes ne demandent qu’à avancer. Je serre mes abdominaux au maximum pour tenter de coincer mon estomac et l’empêcher de rebondir pendant la course, miracle, cela fonctionne !!!!

13047664_1693786127554675_1755889838334594918_o (1)

Je me sens mieux. Je constate sur ma montre l’arrivée du huitième kilomètre, pourtant je n’aperçois pas la ligne.  J’accélère un peu en me rendant compte qu’il me reste encore un kilomètre à parcourir. Je garde le rythme pour tenter de rattraper mon retard et  termine mes 9kms en 45 minutes, un temps loin de mon record, mais je suis content de passer enfin cette ligne d’arrivée en 3heures et 4 minutes, mon objectif étant fixé à moins de 3h.

12983187_520681298114159_6636391791997620354_o

Mes résultats lors de ce premier triathlon sont à la hauteur de ce que j’espérais. Je suis classé 464ème sur 929 concurrents, une place très honorable. Je suis fier d’avoir pu surmonter ce mal de ventre qui m’incommodait et la pluie qui a perturbé la course.

J’ai beaucoup apprécié cette compétition, l’adrénaline,  la gestion de l’effort. Il faut rester vigilant durant chaque épreuve, faire attention à bien gérer les transitions (difficiles pour moi durant cette course, à améliorer… ), accepter ses faiblesses sur un type d’épreuve et se donner à fond dans sa spécialité. J’ai également apprécié  l’ambiance générale et je souhaite renouveler cette expérience très bientôt.

Cette première expérience m’a fait un bien fou ! j’ai pu ressentir à nouveau cette sensation de bonheur, la montée de l’adrénaline tout au long de ce week-end. Je n’ai cependant pas le sentiment de m’être surpassé sur cette course. La découverte m’a fait faire quelques erreurs qui m’ont fait perdre du temps. Enfin, je n’ai pas la sensation d’avoir tout donné car, à l’issue de la course, mes ressources n’étaient pas complètement épuisées. Je le regrette mais j’ai acquis une expérience supplémentaire qui me sera favorable la prochaine fois.

Prochain défi : Deauville le 5 juin en format L, donc deux  fois plus long que Cannes. Il me faut d’ici là améliorer mes performances en natation et m’entraîner au dénivelé en vélo car à Deauville m’attend une côte à 17-18% apparemment.

J’avais à coeur de vous faire partager cette fabuleuse expérience, de vous communiquer mon enthousiasme. Ces quelques mots vous donneront peut-être l’envie d’essayer le triathlon ou même de vous lancer dans un nouveau défi : marathon, trek, trail, course cycliste, course à obstacle, etc …

Quoi de meilleur que de relever des défis et de tenter de se surpasser ! Ces expériences sont très bénéfiques pour le corps et l’esprit ! Elles font grandir et renforcent l’estime de soi. N’hésitez pas à vous lancer vous aussi. Vous en tirerez de grandes satisfactions. Croyez en vous et foncez ! Donnez-vous des objectifs et avancez… Pour vous aider, je peux m’investir avec vous en vous concoctant des programmes de course personnalisés.  Mon ebook Fit It’ est  également là pour vous aider, soit à perdre du poids ou sculpter votre corps pour une meilleure condition physique et un moral d’acier.

Je vous donne donc rendez vous lors de  votre prochain défi. N’hésitez pas à me solliciter, à me communiquer votre expérience et à me faire parvenir vos résultats personnels grâce à Fit It’,  que je me ferai un plaisir de partager sur ce blog.SEB-35-2

A très bientôt et bien sportivement,

Seb,

Votre Coach

PS : merci à ma petite maman pour la correction 😉  😀

29 Avr

Ouverture du BLOG !!

SEB-35-2Bonjour à toutes et à tous, je me presente pour celles et ceux qui ne me connaissent pas encore, je suis Sébastien HIRSCH, Coach Sportif depuis maintenant 7 années et également créateur de la méthode Fit It’ (pour en savoir plus sur moi, voir ma mini BIO : ici).

Je vous écris cet article aujourd’hui pour vous annoncer que j’ai décidé de me mettre à la rédaction d’articles sur tout et sur rien, et oui, ça m’est venu comme ça !

Il y aura des scoop sur du matériel, sur des compétitions, sur des techniques de sport, sur des vêtements, sur des athlètes, etc … Enfin, sur beaucoup de choses !!

Etant de nature curieux, testeur, ouvert aux autres, à de nouvelles experiences, et ma carrière et mon passé sportif (Marathonien, Triathlète depuis peu, Traileur, Aventurier, …) me permettent aujourd’hui de dire : je connais des choses (pas encore tout bien sur ;-)) et j’aimerai les transmettre et les partager avec le plus grand nombre !!

Pourquoi ? Simplement parce que je ne vois pas l’interêt de garder tout cela pour moi, et que je pense que l’on gagne à partager son expérience, à échanger avec les autres, c’est pourquoi je vous invite vivement à réagir sur ce blog, laissez moi des commentaires, je me ferai un plaisir d’y répondre !!

J’espère réussir à  vous transmettre à travers ces rubriques : la passion, la joie et le plaisir qui m’animent depuis toutes ces années et qui me fait continuer et me perfectionner dans ce domaine du sport !

J’espère que vous serez nombreux et nombreuses à lire ces quelques lignes, et surtout que cela vous permettra d’apprendre des choses diverses et variées sur le sport en général 😉

Pour commencer je vais essayer de vous faire revivre mon 1er triathlon, celui de Cannes que j’ai pu découvrir grâce à la marque Polar pour qui je suis ambassadeur pour l’année 2016 !!

Suite au prochain article …

Sportivement,

Seb